Le calendaire okontraire : week-end du 7 octobre (Spécial Le timide à la cour)

14446054_1101717453239123_6091807772946933180_n

Laisse-moi te dire que je ne suis pas un gars de culture. Par contre, la mission d’okontraire et d’autant présenter du contenu pas ordinaire autant à moi qu’à toi. Alors quand on m’invite au cinéma pour la première fois, j’y vais viarge.

Jeudi passé, j’ai assisté à la première de la pièce Le timide à la cour et j’ai tellement été charmé que j’ai décidé d’en faire la star de mon calendaire pour le week-end du 7 octobre.

08_tdp_timide_cr_gunther-gamper

Un classique de Tirso de Molina

La pièce raconte l’histoire d’un berger, Mireno, qui abandonne ses montagnes pour aller vers la ville avec son ami Tarso. Pendant sa virée, il rencontre Lorenzo, un fraudeur, et échange ses habits de berger en échange des siens.

Soundainement, Mireno est appréhendé par la police et on l’amène au palais du Duc pour y être jugé. Il y rencontre les deux filles du Duc, Séraphina et sa sœur cadette, la belle Magdalena, dont il tombera amoureux. Mais Mireno n’est un timide paysant et pas un maudit fraudeur. Alors comment fera-t-il pour conquérir Magdalena?

05_tdp_timide_cr_gunther-gamper

Mise en scène décontract’.

La scénographie d’Olivier Landreville est super simple mais va droit au but. Sur la scène, des grands panneaux pivotants manipulés par les comédiens réfléchissent avec brio la lumière théatrale et représentent aussi bien le palais qu’une petite chambre. Les costumes sont également très intéressants. Ils possèdent à la fois des touches d’hier et d’aujourd’hui, rendant le tout actuel et rafraîchissant.

Le récit est simple et met en scène rapidement les amours des 2 soeurs, Seraphina et Magdalena, prises avec des amoureux aux fausses identités. T’aime les p’tites chicanes? Les gros secrets racontés avec cabotine? Tu seras servi. Les membres du Théatre de la Banquette Arrière jouent avec brio la pièce sortie de 1611 avec une conviction admirable. On aime l’irrésistible approche de la troupe qui ne gêne pas pour nous dire ce qu’elle pense des stéréotypes masculins de l’époque — qui ne passeraient jamais en 2016.

Cela dit, c’est la délicieuse Sophie Cadieux et son athlétique copain Renaud Lacelle-Bourdon qui volent l’étoile filante dans une idylle sensible et charnelle, remplie de p’tits clins d’oeils lumineux.

Tu veux aller voir ça?

Il y a encore des représentations du Timide à la cour en matinée et en soirée au Théatre Denise-Pelletier et ce jusqu’au 22 octobre 2016.

Crédits photo : Benoît Gorez et Gunther Gamper (pour les clichés de la pièce)

 

avatar

Benoît Gorez

Fonctionnaire de jour, je blogue à 100 miles à l'heure pour découvrir des trucs qui vont m'allumer au max. J'aime le gin, les tacos, traverser les douanes et faire des jokes plates.

Leave a Reply